Bien plus que des tomates !

De haut en bas
Ananas
Poivrons rouge
Green zebra
Cœur de bœuf orange

Benoît cultive sur les terrasses, uniquement en plein champs (nous n’avons pas de serres), des tomates variétés anciennes, pas d’hybrides.

Des variétés anciennes, c’est quoi ?

Ce sont des variétés de légumes dont la sélection a été faite avant l’industrialisation de l’agriculture, avec des critères de sélection différents. Ce sont des variétés population, dont les graines peuvent être resemées et redonneront un plant qui donnera les mêmes fruits. (Par opposition aux F1 our hybrides sont les graines ne donnent pas le même fruit). Ce sont des variétés qui ne répondent pas aux critères industriels (notamment la résistance aux chocs durant le transport), parfaites pour la culture extensive, mais pas adaptées à la culture intensive.

Ananas, sucrée, ventrue et charnue

Les tomates des Fabrigoules sont récoltées le jour même de la vente, à maturité optimale, et vendue en vente directe.

Variétés ‘poivron rouge’ et calabash

 

N’hésitez plus, venez les goûter, au marché paysan de Moustiers le dimanche, à la ferme du mercredi au samedi, ou bien dans les restaurants de Moustiers !

Green zebra, acidulée

Noire de Russie, ferme et charnue

Légumes de saison

Si les tomates se font encore attendre, aubergines et concombres sont au rendez-vous cette semaine à la boutique de la ferme !

À nous les caviars d’Aubergines et autres tzatzikis ! On vous recommande aussi la salade à la grecque avec notre recette de feta…

Des légumes à la boutique

Ça y est, Benoît vous a récolté les premiers légumes ! Courgettes, fèves, cebettes et concombres vous attendent à la boutique, du mercredi au samedi de 17h à 19h !

Le potager

voilà le paradis de Benoît, le maraîcher : les restanques (terrasses en pierres sèches) restaurées par le Conservatoire du Littoral. Hautes de 2m, longues de 100m et larges de 9m au max, il fait toujours chaud au pied du mur !

Jardinage de printemps

Après les chantiers d’installation (clôtures et système d’irrigation), est venu le temps des plantations.

Les patates pour commencer, avec une technique particulière : elles ne seront pas butées car simplement enfouies sous la paille (40 bon cms). Cela permet de garder longtemps une bonne humidité sous la couche de paille, évite le desherbage et permet aux tubercules de patates de se développer à la lisière sol-paille, ce qui peut permettre d’obtenir des calibres plus gros et réguliers dans nos terres caillouteuses et compactes.

Puis, les tomates, aubergines, poivrons, courgettes en pagaille. Le sol a été préparé avec un outil appellé cultibutte, mis au point par des paysans rassemblés au sein d’une SCOP, « l’Atelier Paysan ». Julie et Céline ont fabriqué l’outil au cours d’une formation d’une semaine. Soudures, perçages et découpes pour modeler 600 kg de ferraille ramenée en pièces détachées et assemblé à la ferme. L’idée est de créer une petite butte de 20 à 25 cm de haut. Les avantages sont les suivants : la terre y est bien aérée, bien travaillée et les plants seront donc bien oxygénés, la température y monte plus vite, ce facteur étant déterminant dans la vitesse de développement des plantes, et enfin les buttes permettent de gérer l’eau, en stockant en cas de pluie ou d’arrosage une petite réserve mais en drainant efficacement en cas de grosses pluies violentes. Sur la butte, nous protégons les plants avec un paillage. Nous avons fait différents essais pour ce paillage : vieux foin, paille de céréales abîmée ou neuve et paille de lavande. Deux planches (100 m de long pour 1m de large) sont protégées avec des plastiques thermiques (tunnels nantais) que nous refermons la nuit pour tamponner un peu les écarts de température qui peuvent « bloquer » les plants. L’irrigation est faite au goutte-à-goutte avec un gros arrosage au tuyau juste après plantation.

Vont venir compléter cela des courges, potirons et potimarrons, puis des poireaux. Il nous faut également lancer des semis de laitues, de choux et installer les semis de bettes, concombre et cornichons qui seront bientôt prêts.

J’en profite pour remercier tous ceux qui nous ont aidé ce printemps pour ce lancement de jardin. Merci à Roberto et à mon père pour les clôtures, à Ben pour le montage des pièces d’irrigation et notamment la crépine d’aspiration, à l’équipe du parc du Verdon pour la première session de plantation, à Paul pour la seconde et à tous ceux qui nous ont permis de nous libérer du temps pour le maraîchage.

Premières récoltes d’ail nouveau et de cébettes prévues début juin, puis courgettes début juillet et tout le reste à partir de mi-juillet.